Vous êtes ici :

- La création de la Communauté urbaine


Une histoire racontée au travers de cinq grands chapitres

Ce chapitre nous replace dans le contexte de l’agglomération lyonnaise des années 1960 et nous replongent dans les conditions de la création de Communauté Urbaine de Lyon au 1er janvier 1969.

 

L'agglomération avant la Communauté Urbaine

Il y a une agglomération avant la Communauté ! Et l’agglomération lyonnaise ne date pas d’hier…

Jusqu’au 18è siècle, malgré l’existence d’un faubourg à la Guillotière, Lyon reste une ville centrée sur la Presqu’île et le Vieux Lyon. C’est avec la révolution industrielle qu’elle va connaître une forte expansion démographique et économique. A partir du 19è siècle, Lyon sort en effet de son carcan entre Rhône et Saône. La construction du pont Morand et l’endiguement des berges du Rhône font d’elle la ville-centre d’un ensemble urbain dont l’extension vers sur le Sud et l’Est incorporera un nombre croissant de communes.

A la veille de la création de la Communauté Urbaine, alors que les « trente glorieuses » connaissent leur zénith, ce territoire connaît une situation quelque peu paradoxale. La vie d’agglomération paraît bien réelle mais elle semble passer inaperçue aux yeux des autochtones. Cisaillé par les frontières départementales de l’époque, l’ensemble de l’agglomération est confronté aux bouleversements que connaît la société française. L’heure est à l’urbanisation accélérée du pays, sous l’effet de quatre phénomènes majeurs : l’exode rural, l’industrialisation, le baby-boom, la décolonisation. C’est aussi l’époque de l’entrée dans la société de consommation et de l’automobilité. Qu’en était-il en région lyonnaise ? Avec quels besoins pour le territoire ?

 

La création de la communauté urbaine, imposée par l’Etat à défaut d’être portée par les communes

Alors que le décalage entre le fonctionnement d’agglomération et les territoires institutionnels se fait de plus en plus criant, les élus communaux peinent à s’entendre pour mettre en place une véritable instance de coopération intercommunale intégrée. Ceci conduit l’Etat à imposer un nouveau dispositif de coopération entre communes : la Communauté Urbaine. Cette décision n’est pas sans provoquer de remous…

Au début du 20è siècle, l’agglomération en formation amène les communes concernées à deux constats d’évidence. D’un côté, elles ont à faire face à des problèmes d’urbanisation identiques, notamment en matière d’hygiène publique. D’autre part, les réponses qu’elles apportent à ces questions sont très disparates, chacune d’elles ne connaissant pas le même état d’avancement en matière d’équipement, d’aménagement… On le pressent, la coopération entre communes constitue une piste pertinente pour maitriser le développement de l’agglomération.

Pour autant, le chemin de l’action commune sera quelque peu tortueux. Une course poursuite s’engage entre un territoire vécu qui prend la forme d’une agglomération en croissance et un territoire politique qui demeure fragmenté. Jusqu’aux années 1960, l’agglomération sera le théâtre de multiples démarches de coopération intercommunale. Mais les communes de l’agglomération lyonnaise ne parviennent pas à un consensus suffisant pour se doter d’un organe de gestion unifiée des différents problèmes qu’elles ont en commun. Dans un contexte politique spécifique, l’Etat décide alors d’imposer par la loi la création de la Communauté Urbaine. La préparation de cette loi, comme sa mise en œuvre en territoire lyonnais, fait l’objet d’une vive protestation de la part de nombre d’élus des communes de l’agglomération.

Chroniques


Les ressorts de la décision de l’Etat de créer la Communauté Urbaine

31 janvier 2009

Avec les témoignages de : André GERIN, Bernard JOUVE, Pierre MALHIERE et Franck SCHERRER.


Objet d’un important clivage au départ, la Communauté Urbaine est prise en main par la ville centre

31 janvier 2009

Avec les témoignages de : André GERIN, Jean PELLETIER, Bruno POLGA, Laurent SAUZAY, Franck SCHERRER, Pierre-Yves TESSE, Etienne GAGNAIRE et Henri MEULET.


La légitimité de la Communauté Urbaine est aujourd’hui largement reconnue

31 janvier 2009

Avec les témoignages de : André GERIN, Bruno POLGA, Franck SCHERRER et Pierre-Yves TESSE.



Une vie d’agglomération parasitée par les frontières départementales

30 janvier 2009

L'agglomération avant la Communauté Urbaine. Avec les témoignages de : Franck SCHERRER, Bruno POLGA , Charles DELFANTE et Jean PELLETIER.