Vous êtes ici :

Une attention nouvelle pour la préservation du patrimoine naturel de l’agglomération


Un autre axe majeur de la charte de l’écologie urbaine adoptée en 1992 concerne le patrimoine naturel de l’agglomération : la faune, la flore, l’air, etc. Rappelant l’importance de l’environnement naturel dans la qualité de vie des habitants, la charte de l’écologie urbaine s’inscrit dans un cadre législatif favorable. Première en France, la loi sur la protection et la mise en valeur des paysages de janvier 1993 prévoit en effet la prise en compte du paysage dans les Plans d’Occupation des Sols, un volet paysage obligatoire sous forme de simulation graphique dans les permis de construire et une extension des Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain (ZPPAU) aux paysages remarquables. Par ailleurs, la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie de décembre 1996 prescrit notamment l’installation sur le territoire national d’un réseau de surveillance à partir de l’an 2000 afin de respecter les objectifs et les normes de qualité de l’air.

Pour assurer la préservation et la valorisation des espaces naturels de l’agglomération, la charte de l’écologie urbaine va formaliser différentes actions à conduire. Quatre grandes orientations peuvent ainsi être distinguées : la définition et la restauration d’une « trame verte » permettant de structurer le développement urbain, de préserver l’identité paysagère des communes et d’offrir un espace de nature aux habitants ; l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan bleu visant à reconquérir les qualités écologiques, ludiques et économiques des berges du Rhône et de la Saône ; la mise en place d’une charte de l’arbre dont l’objectif premier est l’augmentation de la place du végétal dans le tissu urbain pour améliorer la qualité de vie, réduire certaines nuisances urbaines, enrichir l’écosystème urbain ; le renforcement de la surveillance de la qualité de l’air effectuée depuis 1979 par l’association loi 1901 COPARLY (Comité de coordination pour le contrôle des pollutions atmosphériques dans la région lyonnaise) par l’augmentation du nombre de capteurs, l’extension de la couverture géographique du réseau, l’amélioration des techniques de mesures, etc.

Cette action en faveur du patrimoine naturel de l’agglomération posera de nombreuses questions. S’efforçant de freiner l’érosion de la qualité écologique de l’environnement naturel, elle va révéler un certain nombre de conflits d’intérêt dans l’usage du sol. Pour certains, cette démarche a conduit à une réduction des possibilités de construction dans l’agglomération qui a eu pour effet de reporter l’urbanisation bien au-delà dans les zones périurbaines.

La nature comme composante à part entière du territoire d’agglomération

Yves VERILHAC : Directeur de la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) de 1981 à 1991 – Conseiller en écologie urbaine auprès du président de la Communauté Urbaine de Lyon de 1991 à 1995 – Chargé de la création puis directeur du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche de 1996 à 2005 - Directeur de l’Atelier Technique des Espaces Naturels (ATEN)

Marie-Noëlle MILLE : Chargée d’études déplacements au sein de l’Atelier d’Urbanisme puis de l’agence d’urbanisme de la Communauté Urbaine de 1972 à 1994 – Chargée de mission au sein du groupe Aménagement-urbanisme du Centre d’Études sur les réseaux les transports l’urbanisme et les constructions publiques (CERTU) depuis 1994.

 

Donner toute sa place à l’arbre dans la ville

Jean VILLIEN : Chargé d’études Environnement à l’Agence d’Urbanisme de Lyon de 1980 à 1990 – Directeur de la mission Écologie Urbaine de la Délégation Générale au Développement Urbain du Grand Lyon depuis 1990.

 

Un plan bleu pour renouer avec les fleuves

Jacky VIEUX : Directeur des affaires culturelles de la ville de Givors de 1982 à 1989 – Directeur de la Maison du Fleuve Rhône depuis 1989.

 

Le renforcement de la surveillance de la qualité de l’air

Michel REPPELIN : Maire de Collonges au Mont d’Or et Conseiller communautaire depuis 1995 – Vice-président chargé de l’environnement de 2001 à 2008 – Vice-président chargé du développement durable depuis 2008 – Président du Comité de Coordination pour la Contrôle de la pollution Atmosphérique dans la Région Lyonnaise (COPARLY) – Président du groupe Risques du Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles et des Risques dans l’Agglomération Lyonnaise (SPIRAL)

Yves VERILHAC : Directeur de la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) de 1981 à 1991 – Conseiller en écologie urbaine auprès du président de la Communauté Urbaine de Lyon de 1991 à 1995 – Chargé de la création puis directeur du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche de 1996 à 2005 - Directeur de l’Atelier Technique des Espaces Naturels (ATEN)