Vous êtes ici :

Dans les années 1990, le Département Développement Urbain élargit et affine le champ de la maitrise d’ouvrage communautaire : déplacements, écologie urbaine, urbanisme réglementaire, etc.


Après la mise en place de ses fondations durant les années 1980, le Département Développement va connaitre une consolidation de son organisation et de ses moyens durant le mandat de Michel Noir (1989-1995). Les conclusions de l’audit demandé à son arrivée par le nouveau président de la Communauté Urbaine indiquent que la période d’expérimentation de la régie directe ouverte dans les années 1980 doit se conclure. La vocation fondamentale du Département Développement est d’être le maitre d’ouvrage des politiques d’urbanisme communautaires, c’est-à-dire « faire-faire » plutôt que « faire ». Outre le changement d’appellation du service qui devient le Département Développement Urbain (DDU), ceci va se traduire par trois évolutions.

Tout d’abord, alors qu’il est devenu le « patron » des opérations d’urbanisme d’agglomération, le Grand Lyon va se donner les moyens d’assumer véritablement son rôle de maitre d’ouvrage concernant un autre levier fondamental des politiques d’urbanisme : la règlementation de l’occupation de l’espace. Alors que la loi Paris-Lyon-Marseille (PLM) de 1982 a transféré aux communautés urbaines cette responsabilité, il faudra attendre 1992 pour voir la Communauté Urbaine créer en son sein un service « Urbanisme réglementaire » chargé de piloter l’élaboration du Plan d’Occupation des Sols (POS) par l’agence d’urbanisme. Par ailleurs, pour engager la mise en œuvre des orientations formulées par le nouveau Schéma Directeur Lyon 2010, le DDU va procéder à un élargissement thématique des politiques d’urbanisme avec la création des missions Ecologie urbaine et Déplacements qui viennent s’ajouter aux missions existantes (Habitat et Développement Economique). Enfin, il semble nécessaire de donner un ancrage territorial plus affirmé à ces politiques pour mieux prendre en compte la diversité de l’agglomération. S’inspirant du principe des subdivisions territoriales des services urbains, le DDU va lui aussi se « territorialiser » avec la création des « Urbanistes Territoriaux ».

Ces évolutions vont renforcer le rôle du DDU au sein de la maison communautaire en faisant de lui un nouveau pôle d’action à part entière, à côté des services urbains. De ce point de vue, le mandat de Raymond Barre apparait plutôt comme une période de maturité pour le DDU qui prendra l’appellation « Délégation Générale au Développement Urbain » (DGDU) et se verra délesté de la mission développement économique désormais intégrée à la nouvelle Délégation Générale aux Affaires Economiques et Internationales (DGDAEI).

Témoignages de Patrick CLANCY

L’élaboration du POS avant 1992

Patrick CLANCY : Chargé d’études à l’atelier d’urbanisme puis à l’agence d’urbanisme de la Communauté Urbaine de 1975 à 1981 – Attaché au sein des services juridiques jusqu’en 1985 – Directeur des services juridiques jusqu’en 1992 – Responsable du service de l’urbanisme réglementaire au sein de la DGDU

La prise en main de l’urbanisme réglementaire

Patrick CLANCY : Chargé d’études à l’atelier d’urbanisme puis à l’agence d’urbanisme de la Communauté Urbaine de 1975 à 1981 – Attaché au sein des services juridiques jusqu’en 1985 – Directeur des services juridiques jusqu’en 1992 – Responsable du service de l’urbanisme réglementaire au sein de la DGDU

L’évolution du service

Patrick CLANCY : Chargé d’études à l’atelier d’urbanisme puis à l’agence d’urbanisme de la Communauté Urbaine de 1975 à 1981 – Attaché au sein des services juridiques jusqu’en 1985 – Directeur des services juridiques jusqu’en 1992 – Responsable du service de l’urbanisme réglementaire au sein de la DGDU

Témoignage de Nicole SIBEUD

Nicole SIBEUD : entre à la Communauté Urbaine en 1980 - Chargée de mission au sein de la Direction des Finances jusqu’en 1981 – Responsable du suivi des opérations concédées au sein de la Mission Gerland de 1981 à 1984 – Responsable du Service des Activités Economiques et Concessions au sein du Département Développement Urbain de 1984 à 1990 – Responsable de la Mission Développement Economique au sein du Département Développement Urbain de 1990 à 1998 – Responsable de la Mission Animation Territoriale au sein de la Direction des Affaires Economiques et Internationales de 1998 à 2000 – Directeur-adjoint de la Direction des Affaires Economiques et Internationales de 2000 à 2003 – Directrice du Foncier et de l’Immobilier au sein de la Délégation Générale au Développement Economique et Internationale depuis 2003

Témoignages de Jean-Claude QUEVREUX

Jean-Claude QUEVREUX : entre à la Communauté Urbaine en 1978 – Responsable de la coordination des ZAC auprès de la Direction Générale des Services Techniques jusqu’en 1983 – Responsable du groupe opérationnel de Gerland jusqu’en 1990 – Urbaniste territorial en charge du secteur sud de l’agglomération jusqu’en 2009 – Responsable de la coordination du Pole Urbanisme Territorial