Vous êtes ici :

L’hôtel de la Communauté urbaine de Lyon, un symbole de modernité et d’ambition, un outil de cohésion des « services »


Étude

Contexte de la synthèse : Après avoir été créée comme une communauté de moyens il y a 40 ans de cela, sous l’impulsion de l’État, le Grand Lyon constitue aujourd’hui une communauté de projets autonome, reconnue pour son efficacité dans la gestion d’un territoire qui regroupe 57 communes et plus de 1,3 millions d'habitants. Mais l’histoire ne s’arrête jamais : cette collectivité reste en devenir et l’enjeu est désormais de constituer une véritable communauté de destin, inscrite dans le grand bassin de vie de l'agglomération, à savoir le territoire qui, de Saint-Etienne à Ambérieu-en-Bugey, de Vienne à Villefranche-sur-Saône, regroupe plus de 2 millions d'habitants. 2 millions d'habitants rapprochés par les réalités de la vie quotidienne, mais aussi par la nécessité de former une masse critique capable de maintenir la capacité d'innovation et le rang du Grand Lyon dans le contexte de la concurrence internationale du 21e siècle. Pour y parvenir, il s’agit non seulement de partager collectivement des projets, mais aussi de se doter de racines communes.

Résumé : L’hôtel de la Communauté urbaine de Lyon est inauguré le 10 février 1977. Souhaité dès 1969, il devient rapidement le symbole de l'émergence communautaire. La décision de créer ce bâtiment apparaît tout d’abord par une volonté de rationalisation et d’efficacité. En même temps, il doit être symbolique de la nouvelle collectivité, ouverte sur les citoyens et signe d’une modernité, représentée par son style architectural et son implantation dans le nouveau quartier de la Part-Dieu.

Sommaire :

Les débuts « dispersés » de la nouvelle collectivité

p3

La décision est prise de créer un « hôtel » de communauté urbaine, bâtiment fonctionnel et symbolique

p3

L’organisation du concours d’architecture

p4

Un projet à l'architecture sobre nécessitant la mise en oeuvre de techniques de construction complexes

p5

Des réactions globalement positives

p6

Interview de Charles Delfante – ancien urbaniste en chef de la Part-Dieu

p8